Superman_contre_les_robots.jpg(Argoman Super Diabolico)

de Sergio Grieco (Italie)

avec Roger Browne, Dominique Boschero, Eduardo Fajardo, Dick Palmer, Nadia Marlowa, Dario de Grassi, Edoardo Toniolo

 

Avant de parler de Superman contre les Robots, il convient d’éviter toute confusion. Précisions donc que ce Superman n’a rien à voir avec l’Homme d’Acier de chez DC Comics, puisque dans son Italie natale il se nomme Argoman. On pourrait de fait le confondre avec Superargo, autre justicier masqué transalpin qui fut la même année la vedette de Superargo contre les Robots. Mais non, ce sont deux personnages bien distincts. Superman contre les Robots fut d’ailleurs affublé de plusieurs titres alternatifs en France, comme Le Diabolique Superman ou plus sobrement Argoman. Les choses étant clarifiées, entrons dans le vif du sujet.

 

Le film démarre en plein Londres, dans une ambiance très Panthère Rose, voire Fantomas façon André Hunebelle. Scotland Yard est en émoi car la couronne d’Angleterre vient d’être dérobée par Jénabelle, une redoutable criminelle qui restitue aussitôt le bien royal pour prouver qu’elle est insaisissable. Aussitôt, elle commet un autre forfait en dérobant des tonnes de billets à la Banque de France et en menaçant de les distribuer gratuitement afin de provoquer une immense inflation, à moins que le gouvernement n’accepte de lui livrer le plus gros diamant du monde. Il est donc temps de faire appel à Sir Reginald Hoover (Roger Browne), un dandy expert en criminologie qui possède des pouvoirs surnaturels (télékinésie, force surhumaine) et joue les justiciers sous le costume – parfaitement grotesque – d’Argoman.

 

Pour entacher davantage la crédibilité de ce super-héros affublé d’un collant jaune, d’une cape rouge, d’un slip noir et d’une cagoule à visière, les doubleurs français ont choisi de prononcer son nom « argoment » et n’hésitent d’ailleurs devant aucun dialogue absurde, du type : « Comment dois-je t’appeler ? Sir Reginald Hoover ou Argoman le Superman diabolique ? » Ce fier justicier masqué a tout de même un point faible : les femmes. Macho en diable (il choisit ses partenaires sexuelles par écran de contrôle interposé, comme on commanderait un meuble chez Ikea), notre homme perd tous ses pouvoirs lorsqu’il monte au septième ciel, et doit alors attendre six heures avant de les recouvrer. Cette idée amusante aurait pu générer des moments de suspense triviaux, mais elle n’est pas vraiment exploitée dans le scénario.

 

En revanche, une scène mythique surgit au beau milieu du métrage, lorsque Jénabelle capture la petite amie de Hoover et la fait attacher à moitié nue sur un lit métallique pour la livrer aux tortures de son redoutable robot (autrement dit une espèce de boîte de conserve sur pattes comme on n’en voyait plus depuis les serials des années 30). Le combat totalement ridicule mais diablement jouissif qui oppose ce bibendum en fer blanc à Argoman est de toute évidence le moment fort de Superman contre les Robots et explique en partie son titre français. En partie seulement, car Jénabelle fabrique aussi des humanoïdes sosies de grandes personnalités dans sa base futuriste, à l’aide d’un canon géant et du fameux diamant géant. Un climax vaudevillesque oppose cette super-vilaine haute en couleurs au gesticulant Argoman, avant un gag ultime résumant à lui seul toute la futilité de cet excentrique long-métrage.

 

© Gilles Penso
Thema: Super-Héros, Robots


Tag(s) : #FILMS