C-ETAIT-DEMAIN.jpg(Time after Time)

De Nicholas Meyer (1979) – USA

Avec Malcolm McDowell, David Warner, Mary Steenburgen, Charles Cioffi, Kent Williams

 

L’œuvre foisonnante et avant-gardiste d'H.G.Wells (« L'homme invisible », « La guerre des mondes », « L'île du Docteur Moreau ») aura excité l'imaginaire de nombreux lecteurs, metteurs en scène et spectateurs à travers les âges. Nicholas Meyer, scénariste et réalisateur, propose ici une histoire folle et originale : l'auteur de « La machine à explorer le temps » a vraiment inventé ladite machine, et, sur le point de la tester, se la fait voler par un Jack l'Eventreur en fuite. Le fou dangereux atterrit aux USA en 1979. Ce n'est que le début d'une course-poursuite inédite... Film atypique, précurseur et indémodable, C'était demain est avant tout un formidable divertissement d'une générosité à toute épreuve, mélangeant avec classe la science-fiction, le thriller, la comédie, la romance (sublimée par les envolées lyriques du grand Miklos Rozsa), le drame et l'étude sociologique et politique. Rien que ça. Un tel postulat de départ ouvrant de nombreuses voies, Meyer se met en tête de les explorer toutes, sans s'y perdre.

 

Le scénario, limpide et trépidant, rebondit en permanence, et se permet des digressions osées qui font constamment progresser le récit. Les séquences d'exposition, prenant place dans une majestueuse et crédible Angleterre victorienne, présentent et définissent les deux protagonistes principaux à travers leurs actes (Jack tue une prostituée avec une grande violence, laquelle imprégnera chacun de ses meurtres) et leurs pensées. D'un côté, Wells, utopiste, romantique (le vrai ne l'était visiblement pas autant), progressiste (ouvert au socialisme et aux droits des femmes), à la fois cartésien et rêveur acharné, et de l'autre, Jack, tueur sadique et dénué de tout sentimentalisme, cynique voulant profiter de son époque (mais quelque part lui aussi en avance sur son temps, étant le premier serial killer officiel de l'Histoire). Engagés dans une partie d’échecs significative dès leur mise en présence, ils n'auront de cesse de s'opposer tout au long du film, physiquement et moralement.

 

Après un voyage « spatio-temporel » clignant de l’œil à celui du Superman de Donner (sorti un an auparavant), notre inventeur se retrouve perdu dans une Amérique à la frontière des 80's. Si Meyer choisit dans un premier temps de saisir le côté comique de la situation (la séquence au Mc Donald's, les répliques savoureuses et anachroniques), il ne tombe pas dans la gaudriole, très cohérent dans son écriture, Wells étudiant les progrès techniques et son nouvel environnement en scientifique accompli. Deux intrigues très sérieuses s'entremêlent rapidement : une enquête effrénée pour retrouver l'assassin en liberté, évidemment, mais aussi une véritable histoire d'amour naissante. La toujours excellente Mary Steenburgen donne corps à un personnage-clé, archétype de la femme moderne engagée (craquant tout de même sur le charme suranné de Wells) qui guide le savant dans un milieu inconnu et révèle ses côtés chevaleresques, lui procurant ainsi une motivation supplémentaire quand elle devient une victime potentielle. Coupant court au suspense, Meyer choisit de remettre rapidement les deux adversaires face-à-face, dans une scène d'une importance capitale, parfaite césure où leurs points de vue divergents s'expriment en toute liberté, éclairés par cette époque nouvelle. Là où l'utopiste pensait trouver une société évoluée, démocratique et pacifiste, Jack lui démontre par A+B qu'il se trompe lourdement... En allumant simplement la télévision. Les images de violence se succèdent sous les yeux effarés de Wells, et le tueur en pleine extase prend un malin plaisir à ébranler les convictions de sa Némésis, lui assénant deux répliques cultes : « Vous n'êtes pas allé vers le futur, Herbert, mais vers la Préhistoire », et l'imparable « Il y a 90 ans, j'étais un monstre. Aujourd'hui, je suis un amateur. Repartez sans moi. Le futur vous décevra. Le futur c'est moi ». Cette discussion se soldera par une gifle, donnée par un Wells outré. Le sens profond du film est là : la violence est contagieuse, et le progressiste ouvert au dialogue y coupe court quand il se sent acculé, réalisant que le futur est pire que le passé, et qu'il s'est trompé. La fracture entre eux n'en sera que plus marquée, la poursuite qui s'ensuit les voyant se retrouver sur deux ponts, littéralement à l'opposé l'un de l'autre.

 

Relevons ici les performances implacables de Malcolm McDowell, fragile et déterminé, à mille lieux de Caligula ou de l’Alex d'Orange Mécanique, et de David Warner, glacial et imposant au possible. Il fallait bien des acteurs de cette trempe pour incarner les contradictions des personnages, contradictions qui, ajoutées à leurs facultés d'adaptation mutuelles, seront déterminantes de leur destin. Car c'est en lisant enfin dans les pensées de son ennemi et en choisissant lui aussi de s'adapter aux lois de cette nouvelle ère que Wells l'emportera. Et c'est là que le fond du film achève de l'élever au-dessus du simple divertissement, Meyer usant de détails subtils pour distiller son discours : McDowell reste habillé tout du long dans ses habits d'époque, revendiquant sa différence (ce qui lui vaudra de se faire remarquer et arrêter par la police), contrairement à Warner qui adopte immédiatement un look moderne, se fondant dans la masse tel un prédateur, faisant corps avec le présent. C'est donc logiquement par le biais d'un symbole de modernité et de progrès, la voiture, que le gentleman gagnera la partie. Chevalier des temps modernes, il conduira ce fier destrier non sans mal (l'héroïne lui ayant rapidement appris) pour aller délivrer sa belle des griffes du monstre. Par deux fois dans le film, il aura manqué de se faire écraser par des automobiles (là où Jack se sera fait percuter de plein fouet juste après leur scission de pensées, accident lui permettant d'échapper à son poursuivant), et un pneu crevé l'aura empêché de sauver une malheureuse victime.

 

Accepter les dysfonctionnements de l'Humanité, continuer néanmoins la lutte pour l'évolution des mentalités en usant des mêmes armes que les cyniques, la parabole est belle et salutaire. Mieux, au-delà du combat d'idées, c'est l'amour qui régule l'Univers (rapprochant un peu plus l’œuvre du magnifique Quelque part dans le temps), Wells concluant avec cette phrase romanesque et porteuse d'espoir : « Si nous voulons maîtriser le temps, nous devons savoir maîtriser la nature de l'Homme. Tous les siècles se ressemblent, il n'y a que l'Amour qui puisse les rendre supportables ».

  

© Julien Cassarino

Thema: Voyages dans le Temps,   Tueurs

Tag(s) : #FILMS