MANIAC--2012-.jpgde Franck Khalfoun (France/USA)

avec Elijah Wood, Liane Balaban, Nora Arnezeder, America Olivo, Genevieve Alexandra, Sammi Rotibi…

 

Voir la bande-annonce

 

Pas courant qu’un classique de l’horreur poisseuse des années 80 fasse l’objet d’un remake à l’étranger, hors USA. En l’occurrence le Maniac orchestré en 1980 par William Lustig et Joe Spinell, portrait d’un serial killer sous l’emprise de sa mère dans le New York d’avant le grand ménage de Rudy Giuliani. Et ce sont des Français qui tirent les ficelles du Maniac millésimé 2012 : Thomas Langmann en tant que principal producteur, Alexandre Aja et Grégory Levasseur au scénario, Franck Khalfoun (Deuxième Sous-Sol) à la réalisation…

 

Par contre, c’est bien un Américain qui incarne le tueur en série Frank Zito : Elijah Wood en personne ! Oui, le Frodon de la trilogie du Seigneur des Anneaux. Un individu excessivement « normal » en regard de Joe Spinel dont la grande taille, la bedaine, les cheveux longs et gras, la peau grêlée et la cinquantaine bien sonnée installaient immédiatement le personnage. Courageux d’avoir confié le rôle à un comédien nettement plus jeune, nettement plus petit, nettement moins menaçant. Visiblement, en dépit du risque de rebuter ses fans à interpréter un assassin impuissant, hanté par le souvenir de sa mère nymphomane, Elijah Wood avait urgemment besoin de ce nouvel contre-emploi (après Sin City) pour relancer sa carrière, prouver qu’il est capable de jouer autre chose que les Hobbits. Louable, mais cela suffit-il ?

 

Oui, tant qu’il n’apparaît pas à l’image car, pendant plus d’une trentaine de minutes, l’ex-Frodon montre à peine son visage,  sinon par des reflets. Le bénéfice d’une action filmée de son point de vue, en caméra subjective. Un procédé efficace qui, immédiatement, fait du Maniac 2012 autre chose que le banal remake du Maniac 1980. Du moins tant que le réalisateur l’emploie. Brutalement, au terme de la poursuite dans le métro puis du meurtre en surface, la caméra virevolte, se braque dans la direction opposée, sur Elijah Wood. Une raison à cela ? Aucune, sinon l’évidente nécessité de justifier la présence de l’acteur en tête d’affiche. Du coup, Maniac en prend un sacré coup. Le soufflé retombe et, en dépit des modifications apportées au script originel, la routine prend le dessus. Certes, ce Maniac-là bénéficie de moyens largement supérieurs à ceux de son modèle. Certes, les meurtres avec scalps sont bien abominables, soutenus par des effets spéciaux aussi réalistes que possible. Par contre, dès que l’objectif de la caméra se repositionne, le film ne retrouve pas la dynamique, l’oppressante tension de sa première partie.

 

Dans la peau de Frank Zito, désormais héritier d’une boutique de mannequins vintages qui attirent l’attention d’une jolie photographe française, Elijah Wood peine dès lors à s’imposer, à constituer un danger palpable.  Rien n’y fait, pas même la surenchère dans l’horreur, de beaux et grands décors, de la tôle froissée. Le grand luxe en contradiction avec les bouts de ficelle de l’original. D’ailleurs, son réalisateur, William Lustig, pointe à nouveau au générique, parmi les nombreux producteurs. Un poste purement honorifique, l’implication de l’intéressé dans le projet se résumant à l’encaissement d’un chèque contre la cession des droits. Bilan : un film inégal, sans complexe dans l’horreur, un remake qui ne s’imposait pas vraiment, sinon pour souligner que les temps ont bien changé. En 1980, Maniac était diffusé au Marché du Film du Festival de Cannes, dans l’indifférence générale, à l’exception des acheteurs potentiels et des amateurs du  genre. En 2012, son remake bénéficie d’une projection dans le cadre de la Section Officielle, avec smokings, montée de marche et tapis rouge. Une consécration pour les uns. De la pure récup’ pour les autres.

 

© Marc Toullec

Thema: Tueurs

Tag(s) : #FILMS