Walter-Mitty.jpg(The Secret Life of Walter Mitty)

de Ben Stiller (2013) – USA

avec Ben Stiller, Adam Scott, Sean Penn, Kristen Wiig, Kathryn Hahn, Jon Daly, Terence Bernie Hines

 

Dupont sans joie de l’administration du journal Life, avec sa chemise à manches courtes et sa petite cravate cousue dans un rideau, Walter Mitty est finalement comme pas mal d’entre nous : translucide, commun et définitivement anonyme. Alors, c’est vrai qu’on a tous des rêves mouillés où l’on aimerait ressembler à Indiana Jones, mais Walter a l’ambition modeste : tout ce qu’il souhaite, c’est pouvoir emballer Cheryl, du service de comptabilité. Et son gros souci, outre le fait de n’être personne, c’est que Walter a des rêves éveillés, où le bonhomme s’imagine tour à tour héros du jour, champion du monde des tatanes, globe-trotter invétéré ou encore grande gueule patentée… Bref, tout ce qu’il n’est pas. Jusqu’au jour où le négatif 25, envoyé par l’envoyé spécial mythique Sean O’Connell a disparu…

 

Ah ! Saint Exupéry traîne définitivement dans les parages : vis tes rêves plutôt que de rêver ta vie. Voilà à quoi pourrait se résumer le nouveau film de Ben Stiller. Et si on le connaissait surtout pour ses déconnades bas du front, telles que Zoolander ou Tropic Thunder (œuvres mythiques, on n’y touche pas !), notre ami Ben a clairement quitté le petit bassin du pipi-caca pour le grand large où croisent les chefs-d’œuvre. Oui, ne mâchons pas nos mots : Walter Mitty est une véritable perle qui a su réinventer une nouvelle désuète de James Thurber (adaptée déjà au cinéma en 1947 par Norman Z. Mcleod avec Danny Kaye).

 

On a beau lui coller plein de références (Terry Gilliam, Wes Anderson, un zeste de Dupontel et on en passe), le film de Stiller est à marquer d’une pierre blanche dans le sérail : qu’un grand studio se lance dans une telle aventure prouve qu’on est sur le point d’en finir avec les blockbusters décérébrés et que la prédiction de Spielberg et Lucas était assez juste (pour rappel, les deux principaux créateurs du « blockbuster » avaient prédit une implosion des films à gros budget et à effets spéciaux maousse lors d’une table ronde à l’Université de Californie du Sud. Lone Ranger et After Earth sont sortis juste après, c’est dire…).

 

Pour en revenir à notre Walter chéri (et nous sommes impartiaux), Stiller réussit un alliage parfait entre poésie, humour, métaphysique de comptoir (dans le bon sens du terme) en mettant des effets spéciaux époustouflants au service d’une histoire universelle et magnifique. Que des stars telles que Shirley MacLaine ou Sean Penn se soient greffées au projet, c’est une évidence quand on voit le projet fini. Bref, chef d’œuvre ! Entre poésie et humour, Ben Stiller montre beaucoup plus de profondeur que dans ses précédentes – et très appréciées – conneries sur grand écran. Avec un film pareil, c’est SOS Suicide qui risque d’être en manque de clients. On conseille, on conseille et on conseille !

 

© Wizzdumb

Thema : Rêves 


Retrouvez toute l'actualité du cinéma fantastique sur Cinemafantastique.net

Tag(s) : #FILMS