(The X-Files : I Want to Believe)
de Chris carter (Etats-Unis)
avec Gillian Anderson, David Duchovny, Amanda Peet, Billy Connolly, Callum Keith Rennie, Mitch Pileggi, Xzbit, Adam Godley


Voir la bande annonce

Le DVD est disponible ici

Le Blu-ray est disponible ici

La bande originale est disponible ici

Six ans après la fin de la série X-Files, dix ans après un premier long-métrage pas spécialement enthousiasmant, ce X-Files Régénération avait-il une quelconque légitimité ? Et surtout, que fallait-il en attendre ? Chris Carter ayant prouvé la diversité de son talent (notamment avec la série Millenium), Gillian Anderson s’étant efforcé de casser son personnage de Dana Scully à travers plusieurs longs-métrages éclectiques et David Duchovny ayant triomphé dans un rôle aux antipodes de celui de Fox Mulder grâce à la série Californication, on aurait pu attendre de ce nouveau long-métrage une totale révolution par rapport au concept initial. Or justement, la surprise de X-Files Régénération
provient de son indéfectible propension à revenir aux sources de la série.

Surprenant, ce parti pris fait ressembler le film à un des meilleurs épisodes des trois premières saisons. La structure dramatique, l’enjeu et les rebondissements sont en effet très proches de ceux des récits imaginés par Carter et son équipe au début des années 90. D’ailleurs, comme pour effacer les erreurs de X-Files le film, X-Files Régénération
ne tient pas du tout compte de la thématique récurrente de la série (l’invasion insidieuse des extra-terrestres et le vaste complot gouvernemental) pour se concentrer sur une histoire inédite et autonome. Lorsque le film commence, Carter profite de toute la latitude du format Cinémascope (un luxe qu’il n’avait évidemment pas sur le petit écran) pour aligner une foule d’agents du FBI dans un gigantesque paysage glacé, sous l’œil de plusieurs hélicoptères survolant lentement ce panorama presque surréaliste.

Tous sont à la recherche d’une collègue fraîchement disparue, leurs seuls indices provenant d’un médium dont les visions permettent de faire avancer l’enquête. Convoqué en désespoir de cause, Fox Mulder n’accepte de reprendre du service qu’à une condition : refaire équipe avec Dana Scully. Celle-ci s’exécute avec d’autant moins de grâce que son poste de pédiatre l’accapare nuit et jour. Une fois de plus, Mulder et Scully opposent croyance et scepticisme, foi intrinsèque et rigueur scientifique, tandis que se profile au bout de l’enquête un épouvantable trafic d’organes à côté duquel les expériences du docteur Frankenstein ressemblent à des pâtés de sable. Par sa simplicité, sa sincérité apparente et sa nostalgie manifeste, X-Files Régénération attire automatiquement la sympathie.

Gillian Anderson n’a jamais été aussi belle, David Duchovny déborde une nouvelle fois de charisme, et de vraies scènes de tendresse entre eux nous sont enfin offertes. Car le facteur humain prime ici, au détriment du surnaturel qui, une fois n’est pas coutume, n’occupe pas le devant de la scène. Et si le sous-titre français, Régénération, laisse entendre une renaissance du concept (avec l’éventualité d’une nouvelle série de longs-métrages), le sous-titre original, I Want to Believe, a beaucoup plus de force. Non content de faire écho à une phrase culte de Fox Mulder (affichée tel un slogan au-dessus d’un poster représentant une soucoupe volante dans son bureau), il cristallise toute la thématique du film et toute la richesse du conflit intellectuel et moral opposant ses deux personnages principaux.


© Gilles Penso

Thema: Médecine, Pouvoirs Surnaturels
Tag(s) : #FILMS