(A view to a Kill)
de John Glen (Grande-Bretagne)
Avec Roger Moore, Christopher Walken, Tanya Roberts, Grace Jones, Patrick Macnee, Patrick Bauchau, Fiona Fullerton


Voir la bande annonce

Le DVD est disponible ici

La bande originale est disponible ici

La montre de Max Zorin est disponible ici !

Comme Sean Connery avant lui, Roger Moore annonça plusieurs fois qu’il arrêterait d’incarner James Bond, notamment après Rien que pour vos Yeux  et Octopussy, ce qui poussa Albert Broccoli à faire des essais avec l’acteur américain James Brolin pour le remplacer. Mais le pont d’or offert par le studio et la griserie de prononcer une fois de plus « mon nom est Bond, James Bond » le poussèrent à accepter une dernière mission, malgré les rides indélébiles de ses 57 ans bien frappés. Le voilà donc face à Max Zorin, un dangereux mythomane qui résulte de manipulations génétiques l’ayant doté d’une exceptionnelle intelligence mais aussi de fortes tendances psychopathes. La grande entreprise de son existence consiste à rayer de la carte le site de Silicon Valley, soit plus de 250 usines et des milliers de techniciens et de chercheurs, afin de s’emparer du monopole mondial en matière d’électronique.

Son plan (qui ressemble comme deux gouttes d’eau à celui de Lex Luthor dans Superman) est à la mesure de sa folie, puisqu’il consiste à noyer l’endroit par un gigantesque raz-de-marée consécutif à un tremblement de terre artificiellement provoqué. L’une des grandes qualités de Dangereusement Vôtre est son casting haut de gamme. Christopher Walken excelle en super-vilain délicieusement cinglé, Grace Jones crève l’écran en bras droit sans état d’âme (à l’instar de Requin, elle se ralliera finalement à la bonne cause), et ce bon vieux Patrick McNee se glisse dans le costume d’un allié de 007 avec lequel il échange bon nombre d’hilarantes joutes verbales, nouvelle preuve que les univers de James Bond et de Chapeau Melon et Bottes de Cuir sont intimement liés (souvenons nous des présences éblouissantes d’Honor Blackman et Diana Rigg). En revanche, si Tanya Roberts est une James Bond Girl à la beauté étourdissante (repérée par Broccoli dans Dar l’Invincible), les scénaristes l’ont hélas affublée de dialogues ineptes se limitant à quelques « Oh James ! » lascifs, et ce malgré une première apparition prometteuse.

Energique, la bande originale de John Barry s’adjoint les services du groupe Duran Duran, dont les sonorités électroniques typiques des eighties ont étrangement bien passé le cap des années, et l’ensemble est rythmé par de très belles scènes d’action, culminant par un affrontement au-dessus du Golden Gate Bridge dans un ballon dirigeable. « J’ai doublé Roger Moore dans la poursuite au cours de laquelle sa voiture se retrouve coupée en deux », nous raconte le cascadeur Jean-Claude Lagniez. « On voit d’ailleurs très bien que ce n’est pas lui qui conduit, car je ne lui ressemble pas beaucoup. D’habitude, il avait une doublure assez ressemblante, mais pour cette cascade particulière on m’a confié la mission, et les cadrages sur moi étaient beaucoup trop serrés. Nous n’avons même pas la même coupe de cheveux ! » (1) Les aficionados trouvèrent beaucoup à redire à Dangereusement Vôtre, notamment son humour excessif, son scénario exempt de subtilité et l’âge avancé de son héros. Mais en l’état, le film s’avère franchement distrayant, et marque en beauté les adieux de Roger Moore à la série.

(1) Propos recueillis par votre serviteur en février 2004



© Gilles Penso

Thema: Espionnage et Science-Fiction

Tag(s) : #FILMS