A l'occasion de la prochaine sortie du remake du Jour où la Terre s'Arrêta, j'ai eu la chance de m'entretenir avec l'équipe du film. Voici donc quelques extraits des propos recueillis auprès du réalisateur Scott Derrickson et des deux acteurs vedette Keanu Reeves et Jennifer Connelly.


KEANU REEVES
"J’adore la science-fiction, et c’est d’ailleurs un genre qui m’a beaucoup réussi jusqu’à présent. Ce que j’aime par dessus tout, avec la science-fiction, c’est qu’elle peut être traitée sous l’angle du drame, de la comédie, de l’action spectaculaire. Tout y est possible, et c’est une bénédiction pour un acteur. Jouer dans Matrix ou dans Le Jour où la Terre s’Arrêta, c’est un vrai rêve d’enfant. Pour aborder le personnage de Klaatu, je me suis posé un certain nombre de questions de base : Qui est-il ? D’où vient-il ? Quelles sont ses motivations ? Quelles sont ses responsabilités ? Je l’ai imaginé comme une sorte de matière consciente contrainte d’habiter un corps humain. Ensuite, l’histoire elle-même m’a donné les clefs de l’évolution de ce personnage et de son attitude. Au fil de l’intrigue, son comportement est de moins en moins extra-terrestre et de plus en plus humain, mais il garde toujours ce recul, cette distanciation avec notre monde. Pour y parvenir, je me suis efforcé de limiter au maximum mes expressions. Il a fallu que j’adopte un jeu très intériorisé, que j’en fasse le moins possible…"


Parmi les films fantastiques incontournables de Keanu Reeves, citons Dracula, Little Buddha, Johnny Mnemonic, L'Associé du Diable, Matrix, Matrix Reloaded, Matrix Revolutions, Entre deux Rives et Constantine.



JENNIFER CONNELLY
"J’aime beaucoup passer d’un genre à l’autre, d’un film très spectaculaire à un drame ou une comédie plus intimiste. D’ailleurs je n’étais à priori pas très familière avec l’univers de la science-fiction, si l’on excepte peut-être mon expérience sur Dark City. Mon attirance vers un projet n’est finalement pas liée à son genre mais à sa sensibilité et son sujet. Dans un film comme Le Jour où la Terre s’Arrêta, aussi riche en effets spéciaux et en séquences spectaculaires, il faut être très vigilant car les personnages peuvent facilement se noyer dans la masse, s’effacer derrière le spectacle. Le scénariste, le réalisateur et les comédiens doivent donc redoubler d’efforts pour construire des personnages forts et profonds, qui aient des choses à défendre. L’un des moteurs de l’intrigue est ici la relation qui lie Helen – mon personnage - et son beau-fils Jacob. Ils s’aiment mais vivent une relation conflictuelle, à laquelle assiste Klaatu pendant son séjour parmi eux. Or de leur relation dépend en partie le sort de la Terre, puisque Klaatu les observe et doit être capable d’estimer si l’humanité vaut la peine d’être préservée. Du coup, ce lien intime entre deux personnages prend soudain une dimension planétaire…"


Jennifer Connelly joue dans plusieurs films fantastiques, notamment Phenomena, Labyrinthe, Rocketeer, Dark City, Hulk et Dark Water.



SCOTT DERRICKSON
"J’ai revu le film original de nombreuses fois, et j’ai beaucoup étudié son aspect purement science-fictionnel, son imagerie futuriste et ses effets visuels. Ce qui m’a frappé, c’est la symétrie entre le robot Gort, l’extra-terrestre Klaatu et le vaisseau spatial. On sent bien que ces trois éléments ne viennent pas de notre monde mais sont en revanche liés les uns aux autres. J’ai trouvé ça très efficace et j’ai cherché à retrouver la même dynamique. Mais je souhaitais m’éloigner de l’iconographie de la science-fiction classique, qui consiste la plupart du temps à projeter notre propre technologie dans le futur et dans l’espace, comme avec les vaisseaux spatiaux de Star Wars. Ce sont la plupart du temps des engins métalliques, qui semblent provenir d’une civilisation industrielle comme la nôtre. Or il me semblait intéressant d’imaginer un peuple possédant une technologie plus écologique et plus biologique. D’où le nouvel aspect du vaisseau, en forme de sphère organique, de Klaatu, dont la combinaison ressemble à une seconde peau, et de Gort, qui ressemble à une version géante de celui du film de Robert Wise mais ne révèle que plus tard sa véritable nature…"


Scott Derrickson avait précédemment réalisé Hellraiser Inferno et L'Exorcisme d'Emily Rose.


La bande annonce du Jour où la Terre s'Arrêta est visible ici.


Quant à ceux qui veulent réviser leurs classiques, voici une fiche consacrée au film original


© texte et photos : Gilles Penso
Tag(s) : #INTERVIEWS