Voici l'extrait d'une interview d'Alain Carsoux, superviseur des effets visuels de Et Après, l'adaptation du best seller de Guillaume Musso. Pilier du studio Duboi, Alain Carsoux a notamment œuvré sur La Cité des Enfants Perdus, Alien la Résurrection, Belphégor, Hannibal Lecter: les origines du mal et les trois Astérix.

« Le réalisateur est parti de la description du livre pour définir les auras, mais ses références étaient surtout photographiques. Cet effet nous a posé un certain nombre de problèmes, surtout du point de vue de la lumière. Car plusieurs personnages nimbés de l’aura se trouvaient en plein soleil. Il fallait donc trouver des matières qui puissent fonctionner dans de telles conditions lumineuses. »

« Le réalisateur Gilles Bourdos a tourné les scènes comme il le souhaitait, sans tenir compte des effets visuels. Je préfère ne pas être contraignant à ce niveau-là. Nous avons simplement donné quelques intentions, notamment l’idée de tourner autour des personnages avec la caméra, afin que nos effets 3D prennent du volume et du relief à l’image. »

« Nous avons commencé par le tracking des comédiens. Nous avons greffé et mixé sur l’image plusieurs couches, notamment les particules et une espèce de fumée qui flottait autour. A un moment donné, nous avons émis l’idée de densifier le fond afin de mieux faire ressortir l’aura. C’était plus flatteur pour notre effet, mais ça n’allait pas forcément dans le sens des intentions visuelles du réalisateur. Nous avons donc abandonné cette idée pour revenir vers l’image la plus naturelle possible. »

« L’accident de voiture s’inspire partiellement de celui de Rencontre avec Joe Black, dans lequel Brad Pitt était subitement heurté par un véhicule. Son corps voltigeait de manière très réaliste et retombait au sol. Gilles Bourdos voulait donc quelque chose de très percutant, et je crois que de ce point de vue il est parvenu à ses fins, car à chaque projection, les spectateurs sursautent et crient ! »

Propos recueillis par Gilles Penso

Tag(s) : #INTERVIEWS