(Harry Potter and the Half-Blood Prince)
de David Yates (Etats-Unis)
avec Daniel Radcliffe, Rupert Grint, Emma Watson, Jim Broadbent, Helena Bonham Carter, Michael Gambon, Robbie Coltrane


Voir la bande annonce

Le DVD est disponible ici

Le roman est disponible ici

La bande originale est disponible ici

Le jeu vidéo est disponible ici

Louez le film ici

D’un point de vue artistique, narratif et dramatique, Harry Potter et l’Ordre du Phénix était une déception manifeste, surtout à l’aune des deux réjouissants épisodes précédents. Savoir David Yates à la tête de ce sixième opus n’avait donc rien de particulièrement rassurant. Pourtant, les premières minutes, échappant effrontément à l’emprise du texte original pour nous offrir une séquence spectaculaire quasi-anachronique, sont plutôt prometteuses. L’univers des sorciers et des « moldus » s’y entrechoque violemment, trois redoutables « mangemorts » traversant les cieux londoniens sous forme de fumées noires et détruisant tout sur leur passage, y compris le Pont du Millenium, tandis qu’un crâne grimaçant – symbole du pouvoir de Voldemort – se dessine dans les nuages tourmentés. Conçue en Imax 3D, cette ouverture a le mérite d’accrocher le spectateur à son fauteuil. On ne peut pas vraiment en dire autant de la suite, hélas.

A vrai dire, Yates n’est pas seul fautif. Certes, sa mise en scène manque toujours de panache et ses idées continuent à se calquer sur celles d’Alfonso Cuaron, le temps de quelques plans-séquences traversant les vitres des bâtisses ou des trains pour suivre les faits et gestes des protagonistes dans la continuité. Mais c’est surtout la vacuité du récit qui plombe ce sixième Harry Potter. Le scénario de Steve Kloves s’efforce en effet de transposer maladroitement un roman bien avare en péripéties. Pour résumer, disons que le vénérable Dumbledore demande à Harry Potter de se lier avec le nouveau professeur de potions, Horace Slughorn, pour lui extirper un souvenir clef remontant à la jeunesse de Voldemort, lequel pourrait aider à vaincre définitivement le Seigneur des Ténèbres. En terme d’intrigue, convenons que c’est un peu maigre ! Face à la carence des enjeux, le film se concentre donc avant tout sur les tourments de l’amour tenaillant nos héros adolescents.

Pour dérisoires qu’elles peuvent sembler – face à la redoutable menace que représente la réorganisation de l’armée de Voldemort – ces saynettes romantiques ne manquent pas de sel, Yates s’efforçant d’y injecter beaucoup d’humour. Harry est donc attiré par Ginny que convoite son rival Dean Thomas, Hermione se consume pour Ron que désire également Lavande Brown, et ces chaises musicales sentimentales constituent finalement le seul point fort du long-métrage. Car du point de vue du Fantastique pur, il n’y a guère de quoi pavoiser. Aucune créature digne de ce nom n’égaie le film – à l’exception d’un cadavre d’araignée géante et d’une furtive armée de zombies sous-marins qui présentent de troublantes ressemblances avec Gollum – et seul un timide affrontement entre sorciers – situé dans la ferme des Weasley – vient briser la monotonie du script. Même la tragédie finale échoue à provoquer l’émoi et le traumatisme idoines, faute d’une mise en scène à la hauteur du drame. L’épilogue de la saga, réalisé par David Yates sous forme de deux longs-métrages à suivre, saura-t-il redonner un peu d’éclat au jeune sorcier cicatrisé ? Il est permis d’en douter…


© Gilles Penso

Thema: Sorcellerie
Tag(s) : #FILMS