Capture d’écran 2012-07-22 à 19.51.56

 

L'impensable s'est déroulé dans la nuit du 19 au 20 juillet, dans une salle de cinéma du Colorado qui projetait en avant-première The Dark Knight Rises de Christopher Nolan. En quelques secondes, la passerelle vers le rêve et l'évasion s'est muée en lieu d'horreur et de désolation. Au milieu des spectateurs, un homme masqué a ouvert le feu. Les balles ont sifflé et la mort a frappé, aveugle et incompréhensible. Douze morts, des dizaines de blessés, un pays en état de choc. Pourquoi ? Qu'est-ce qui a pu pousser un étudiant de 24 ans à faire irruption dans une salle pleine à craquer et à tirer dans le tas ?

 

Passés le traumatisme et l'affliction, il faudra bien chercher un responsable, et le vieux débat gorgé de raccourcis hasardeux refera immanquablement son apparition. Comme à l'époque d'Orange Mécanique, Tueurs Nés ou Scream, le cinéma risque une nouvelle fois de servir de bouc-émissaire. La violence à l'écran engendre-t-elle la violence dans la vie ? Les tueurs fictifs donnent-ils naissance à des tueurs réels ? L'explication semble confortable, et les journaux se précipitent déjà volontiers dans la brèche ouverte par la sanglante fusillade d'Aurora. "Il se prenait pour le Joker" peut-on lire un peu partout. De là à accuser Christopher Nolan d'homicide involontaire, il n'y a plus qu'un pas…

 

La véritable question que soulève le drame n'est-elle pas plutôt : comment un citoyen américain a-t-il pu en toute légalité acquérir une demi-douzaine de fusils et de pistolets, des dizaines d'explosifs et six mille munitions ? Combien de massacre faudra-t-il encore endurer avant que le gouvernement US ne révise une bonne fois pour toute la règlementation des armes à feu ? Combien de sang et de larmes faudra-t-il verser avant qu'un dirigeant n'ose affronter les puissants lobbies tranquillement réfugiés derrière le deuxième amendement ? En attendant, une salle de cinéma du Colorado s'est transformée jeudi soir en cimetière…

 

"Le cinéma est comme ma maison, et l'idée que quelqu'un puisse violer ce lieu innocent et plein d'espoir, d'une façon aussi insupportablement sauvage, me dévaste", a déclaré Christopher Nolan. "Rien de ce que nous pourrons dire ne sera suffisant pour exprimer nos sentiments envers les victimes innocentes de ce crime épouvantable, mais nos pensées vont vers eux et leurs familles."

 

 

© Gilles Penso

Catégorie: Coups de gueules et billets d'humeur

 

Tag(s) : #BILLETS D'HUMEUR