ben affleck as batman by boondock22-d6jc27iLorsqu'en 1988, plusieurs membres de groupes fondamentalistes catholiques incendièrent des salles de cinéma projetant La Dernière Tentation du Christ de Martin Scorsese pour afficher leur colère face à cette version anti-dogmatique de la vie de Jésus, provoquant de nombreux blessés et même un mort parmi les spectateurs, tout le monde s'indigna, et c'était bien normal. Quand l'intolérance mène à la violence, quand l'étroitesse d'esprit conduit au terrorisme, comment ne pas condamner ? Bien sûr, on peut se rassurer en prétendant que de tels actes sont l'apanage de minorités religieuses extrémistes, et qu'elles sont donc circonscrites dans des cercles sensibles facilement identifiables. Peut-être. Pourtant, certains faits récents peuvent légitimement attiser l'inquiétude, d'autant qu'ils prennent naissance dans un environnement qui n'a aucun lien - ni de près ni de loin - avec l'affaire Scorsese. En effet, quel rapport peut-il y avoir avec des fans de comic books et des groupes fondamentalistes religieux ? A priori aucun. Et pourtant…

 

Il y a quelques jours, le réalisateur Zack Snyder annonçait qu'il avait choisi un comédien pour succéder à Christian Bale dans le rôle de Batman pour le film Man of Steel 2 : Ben Affleck. Une annonce banale, comme on en lit cent par semaine dans la presse spécialisée. C'est un choix artistique subjectif, donc sujet à discussions et débats. Une levée de bouclier se mit aussitôt en branle chez les cinéphiles, outrés qu'on ait sélectionné un acteur aussi peu approprié selon eux au rôle du super-héros qui leur est cher. Pourquoi pas ? Chacun est libre d'exprimer ses opinions. Mais le mécontentement prit bientôt une tournure étrange, pour ne pas dire disproportionnée. Une bonne douzaine de pétitions fut bientôt mise en circulation, de la plus laconique ("non à Ben Affleck dans le rôle de Batman") à la plus délirante (demandant au président Obama de rendre illégal ce choix de casting !). Evidemment, la crédibilité des amateurs de bandes dessinées et de cinéma en prend un sacré coup. L'immaturité, l'adolescence attardée, l'appréhension altérée du monde réel et maints autres clichés qu'on associe généralement à la population des "fans" trouvent là des arguments favorables de poids.

 

Mais si les "geeks" (terme réducteur s'il en est) passaient simplement pour une population de doux-dingues un peu déconnectés de la réalité, ce serait un moindre mal. Hélas, la limite du tolérable a été atteinte sur la page facebook de Man of Steel 2, fréquentée par quelque 250 000 personnes. Là, certains ont proféré des menaces de morts à l'encontre de Ben Affleck, inspirant un mouvement croissant que les administrateurs du groupe s'efforcèrent de stopper en effaçant les messages incitant à la violence - et au meurtre - et en se fendant d'une réponse collective : "Menacer quelqu’un de mort est complètement inacceptable et cela fait tout simplement passer les fans de super-héros pour des fous. Si vous n’aimez pas les choix de casting, essayez tout de même de faire passer votre message de manière respectueuse et non violente". Ces menaces n'iront sans doute pas plus loin, mais le mal est fait. Le ver est dans le fruit. Est-il exagéré de comparer ces appels à l'homicide virtuels aux incendies meurtriers de 1988 ? Peut-être. Mais souvenez-vous de Salman Rushdie, condamné à mort pour des "Versets sataniques" qui n'étaient pas au goût de tous.

 

Au royaume de la bande dessinée, des super-héros et du cinéma d'évasion, ne laissons pas le fanatisme s'installer. C'est l'univers de l'enfance, de la rêverie et de l'imagination. La dictature n'y a pas droit de cité.

 

Gilles Penso

Tag(s) : #BILLETS D'HUMEUR