JEEPERS CREEPERS (2001)

Victor Salva invente un nouveau croquemitaine dont l'enveloppe humaine cache une entité démaoniaque

JEEPERS CREEPERS

2001 – USA/ALLEMAGNE

Réalisé par Victor Salva

Avec Gina Philips, Justin Long, Jonathan Breck, Eileen Brennan, Patricia Belcher, Brandon Smith, Peggy Sheffield, Patrick Cherry

THEMA DIABLES ET DÉMONS I SAGA JEEPERS CREEPERS

Produit par Francis Coppola et érigé en petit classique du cinéma d’horreur dès sa sortie sur les écrans, Jeepers Creepers démarre littéralement sur des chapeaux de roue. Au cours d’un prologue calqué sur celui de Duel, Darry Jenner et sa sœur aînée Trish, sur la route pour regagner la maison de leurs parents, se font poursuivre par un vieux camion tout rouillé particulièrement menaçant. L’impact de cette première séquence repose non seulement sur la mise en scène de Victor Salva, redoutablement efficace et immersive, mais aussi sur ses deux personnages dont la profondeur, le naturel et la crédibilité tranchent avec les teenagers transparents habituellement de mise en pareil contexte. Une fois leur poursuivant semé, Darry et Trish se remettent de leurs émotions, mais ils aperçoivent plus loin sur la route le même camion garé près d’une église en ruine. Et en y regardant de près, ils jureraient voir son occupant balancer un cadavre au fond d’un puits avant de prendre la poudre d’escampette. En attendant de pouvoir prévenir la police, Darry décide contre l’avis de sa sœur d’aller jeter un coup d’œil dans le puits, histoire d’en avoir le cœur net. Ce qu’il y découvre le terrifie et le traumatise au plus haut point. Car dans le souterrain sous l’église gisent des centaines de corps mutilés puis recousus à la hâte. Cette macabre découverte, particulièrement éprouvante, éloigne définitivement le film de l’influence du thriller routier spielbergien pour nous plonger dans l’atmosphère d’un survival moite façon Massacre à la Tronçonneuse

Mais le scénario prend alors une nouvelle tournure, bringuebalant dans une sorte de train fantôme imprévisible un spectateur qui n’en demandait pas tant. Car plus l’intrigue se développe, plus il devient évident que nous n’avons affaire ni à un routier psychopathe, ni à un vulgaire tueur qui collectionne les corps humains. La menace qui plane désormais sur Darry et Trish est un monstrueux démon venu du fond des âges pour se repaître de chair humaine et suivant ses victimes grâce à un flair surdéveloppé. Son aspect humain n’est donc qu’apparent, et ses pouvoirs surnaturels se dévoilent peu à peu. 

Le point de départ d'une petite franchise

Jeepers Creepers démarre si fort, et promet une telle descente aux enfers, que l’effet crescendo est fatalement brisé par un troisième acte un peu faible. La faute en incombe au monstre lui-même, dont la nature et les motivations nous échappent en grande partie, mais aussi à un personnage de médium qui sait tout et se sent obligé d’expliquer aux héros et aux spectateurs les règles du jeu. Ce procédé facile, hérité de la vieille Bohémienne du Loup-Garou et repris notamment par le croque-mort de Destination Finale, sent tellement l’artifice qu’il nuit à la cohésion de l’ensemble. D’autant que la fameuse chanson « Jeepers Creepers », sensée annoncer la venue du monstre, est une idée évasive qui semble abandonnée en cours de route. Au titre des réserves, on peut aussi citer un final abrupt et confus qui s’avère un tantinet frustrant. Jeepers Creepers vaut pourtant largement le détour grâce à son atmosphère oppressante et à ses étonnantes séquences d’échauffourées entre le monstre et les policiers locaux. Le film connut suffisamment de succès pour initier une petite franchise.
 
© Gilles Penso

Partagez cet article