STAR TREK 5 : L’ULTIME FRONTIERE (1989)

Après Monsieur Spock, c'est le capitaine Kirk qui passe derrière la caméra… pour un résultat beaucoup moins concluant

STAR TREK V – THE FINAL FRONTIER

1989 – USA

Réalisé par William Shatner

Avec William Shatner, Leonard Nimoy, DeForest Kelley, James Doohan, Walter Koenig, Nichelle Nichols, Laurence Luckinbill

THEMA SPACE OPERA I FUTUR I EXTRA-TERRESTRES SAGA STAR TREK

Après Leonard Nimoy, William Shatner se retrouve à son tour derrière la caméra. Hélas, le capitaine Kirk s’avère bien moins doué que Monsieur Spock en matière de réalisation, d’autant que le scénario médiocre de ce cinquième Star Trek n’est pas pour lui faciliter la tâche. Sybok (incarné par Lawrence Luckinbill, après les désistements de Max Von Sydow et Sean Connery), un Vulcain persuadé de sa mission mystique, s’est vu chasser de sa planète pour avoir professé des idéaux peu orthodoxes. D’après lui, pour atteindre le véritable savoir, l’émotion doit supplanter la logique, ce que réfutent complètement ses congénères vulcains, comme chacun sait. Depuis, il erre de planète en planète. En pleine zone neutre, il s’empare de trois diplomates sur Nimbus III, planète de la Paix Galactique. Le vaisseau de guerre Klingon que commande le capitaine Klaa est alors envoyé sur les lieux de l’enlèvement, tandis que Kirk, Spock et le docteur McCoy sont chargés de régler le problème. Arrachés à leurs vacances terrestres (pendant lesquelles ils chantent « au clair de la lune » autour d’un feu de camp), les fidèles compagnons regagnent l’USS Enterprise. Agissant en véritable envoyé de Dieu messianique, Sybok s’empare de leur vaisseau par la ruse et contraint toute l’équipe à tenter la folle traversée de la grande barrière, pour rejoindre le centre de l’Univers.

L’intrigue mystico-philosophique de ce cinquième volet tente vainement de retrouver la dimension métaphysique du classique de Robert Wise, en vain. L’un des plus gros handicaps du film, qui ne cesse de croître au fil des épisodes cinématographiques, est l’âge des acteurs qui affecte sérieusement le réalisme de leurs rôles. On sent, ça et là, des références maladroites à La Guerre des étoiles (avec une énième copie du Cantina Bar) et de 2001 l’odyssée de l’espace (à travers le voyage vers l’Ultime frontière). Enfin – et hélas – cette séquelle souffre d’un manque cruel de subtiité. Comment ne pas être désarmé par cet humour gras, ces dialogues lourdingues et ces scènes gratuites ? Dans ce domaine, la danse d’Uhura, censée exhaler un érotisme exotique irrésistible, atteint les sommets du grotesque (cette idée n’était au départ qu’une boutade du scénariste David Loughery, visiblement prise très au sérieux par Shatner).

Le pire épisode de la franchise ?

La finesse d’écriture d’un Nicholas Meyer – sollicité par la production pour une révision du script, mais peu intéressé par l’offre – n’eut pas été inutile. ILM étant occupé par les effets visuels de S.O.S. fantômes 2 et Indiana Jones et la dernière croisade, les effets de Star Trek 5 furent confiés au superviseur Brian Ferren, qui ne démérite pas en nous offrant de magnifiques visions de l’Enterprise sous toutes ses coutures. Il s’agit d’un des rares éléments réjouissants de ce catastrophique épisode, avec une partition de Jerry Goldsmith toujours aussi flamboyante. Boudé par le public aux Etats-Unis, Star Trek 5 sortit directement en vidéo en France. La franchise semblait moribonde. Ce n’était heureusement qu’une mauvaise passe, comme allait le prouver le magistral épisode suivant.


© Gilles Penso

Partagez cet article