KING KONG CONTRE GODZILLA (1962)

Ce match au sommet entre deux des plus grands monstres de tous les temps n'est finalement qu'une petite bagarre anecdotique

KINGU KONGU TAI GOJIRA

1962 – JAPON

Réalisé par Inoshiro Honda

Avec Tadao Takashima, Kenji Sahara, Mie Hama, James Yagi, Yu Fujiki, Michael Keith, Harry Holcombe, Ichiro Arishma 

THEMA SINGES I DINOSAURES I SAGA KING KONG I GODZILLA

A l’instar des joueurs de football, les grands monstres s’échangent parfois d’une équipe à l’autre. Ainsi la compagnie nippone Toho rachète-t-elle à la RKO les droits du personnage de King Kong au début des années soixante pour qu’il affronte son champion national Godzilla. Le scénario qui préside à cet affrontement au sommet est en réalité le recyclage officieux d’un projet non abouti que Willis O’Brien, créateur des effets spéciaux du King Kong original. En 1962, au cœur de la guerre froide, un tel combat était riche en symbole, les scénaristes ne se souciant guère, par ailleurs, de la mort des deux monstres dans les films les ayant mis en vedette auparavant. L’importance était surtout de créer l’événement en capitalisant sur ces deux têtes d’affiche titanesques, mises en scène pour la première fois en couleurs et en écran large. Assez paradoxalement, la créature la plus réussie du film n’est ni le gorille géant, ni le dinosaure radioactif, interprétés avec une conviction toute relative par des comédiens dans des costumes à la coupe évasive, mais une superbe pieuvre géante, visqueuse à souhait, contre laquelle lutte King Kong sur son île. La scène est supervisée par un Eiji Tsuburaya au sommet de son art, alternant au montage un céphalopode réel ou une réplique en caoutchouc.

Découvert par les envoyés d’une compagnie pharmaceutique sur une île du Pacifique, Kong est drogué avec des baies au narcotique puis ramené en radeau au Japon. Évidemment, il ne tarde guère à s’échapper et à causer maintes destructions. Quant à Godzilla, brutalement réveillé par un sous-marin nucléaire, il surgit d’un iceberg en Arctique et se dirige lui aussi vers le Japon (la glace qui le retenait prisonnier se référant sans doute au final du Retour de Godzilla). Le dinosaure saccage un train et le gorille attaque un métro, au cours de scènes de destructions rendant des hommages respectifs au King Kong et au Godzilla originaux. Le manque de crédibilité du costume des monstres vedettes est un peu rattrapé par la beauté des maquettes et la qualité des trucages optiques. Les deux créatures géantes semblant indestructibles, les autorités décident de provoquer un affrontement entre elles. Kong est endormi, transporté dans les airs par des ballons, dans une séquence quasi-surréaliste, prélude à un match de catch antédiluvien au cours duquel les interprètes des deux monstres (Shoichi Hirose et Haruo Nakajima) s’en donnent à cœur joie. 

Qui a gagné le combat ?

Comme à l’époque du premier Godzilla, les distributeurs américains rajoutent des plans explicatifs truffés de détails psuedo-scientifiques risibles où il est question de « dinosaurus rex », de « spigosaurus » et de « plésioridé », tandis que la bande originale de ce nouveau montage emprunte des extraits musicaux de L’Etrange Créature du Lac Noir. Même si la rumeur laisse entendre que le vainqueur du combat final diffère selon le montage japonais ou américain, c’est une fausse idée. Kong gagne dans les deux versions – Godzilla étant encore considéré comme une force maléfique à l’époque – et poursuivra ses aventures nippones en 1967 dans La Revanche de King Kong. La seule différence à noter se situe dans la bande son. Dans la version originale, le rugissement des deux monstres retentit, laissant imaginer la survie de Godzilla. Chez les Américains, en revanche, seul le grondement du grand singe est audible…

 

© Gilles Penso